Perspectives du marché mondial

Croissance des bénéfices pour stimuler les actions malgré la volatilité des marchés

Les actions européennes bénéficieront de valorisations plus attractives et d'un biais en faveur des valeurs cycliques.

Chief Investment Strategist

Alimentés par un soutien monétaire et budgétaire sans précédent, les marchés ont enregistré de solides performances en 2021. L'année à venir présente un tableau complexe alors que l'économie mondiale se trouve sur une pente ascendante mais incertaine vers la reprise. L'intervention monétaire s'amenuise car l'inflation s'avère plus rigide qu'on ne l'avait espéré à l'origine et les rendements obligataires pourraient surprendre à la hausse. Une volatilité accrue se profile également, alors que les marchés montent et descendent en réponse aux flux et reflux de la pandémie mondiale et en réponse aux signaux politiques.

Nous continuons de privilégier les actions par rapport aux autres classes d'actifs, car elles offrent toujours des surperformances relativement attractives. La prime de risque (ERP) sur les marchés développés par exemple, s'élève à 4,8% au 1er septembre 2021. Cela représente une baisse par rapport à la même période l'an dernier mais l'ERP reste positif et, au moment d'écrire ces lignes, reste supérieur aux moyennes à long terme sur les marchés développés et émergents.

A noter un changement bienvenu par rapport aux années précédentes, à savoir que ce sont les bénéfices, et non les multiples, qui ont stimulé la performance des actions jusqu'à présent en 2021 (voir l’illustration n°1). Le risque pesant sur les rendements obligataires baissant, les bénéfices doivent se poursuivre pour que les marchés actions continuent de se redresser.

Illustration N°1. Décomposition du rendement des actions

Equity Return Decomposition

Il y a eu de bonnes nouvelles à ce sujet lors de la dernière salve de résultats. Les bénéfices des entreprises ont surpris à la hausse et, peut-être plus important encore, sur leurs prévisions pour 2022 qui sont solides. Nous pensons que les entreprises sont bien placées pour respecter ces prévisions. Le P/E moyen du MSCI World se situe entre 19 et 201 au moment de la rédaction de cet article – un niveau que nous considérons comme durable (bien que nous reconnaissions que la récente augmentation des multiples pourrait entraîner une contraction à court terme). Nous pensons également que les rendements resteront inférieurs à 2%. En bref, le scénario semble idéal pour que les cours des actions continuent de grimper, et nous pensons que les rendements et les prix des actions continueront d'être tirés par les bénéfices, les dividendes et les plans de rachats.

Dans ce contexte, voici les points qui, selon nous, sont les plus importants à considérer pour les investisseurs en actions en 2022:

La volatilité fait son retour. Les niveaux globaux de volatilité se sont stabilisés à un niveau plus élevé en 2021 que ce que nous avons connu ces dernières années ; la prudence s'impose donc à l'horizon 2022. En particulier, nous pensons que les investisseurs peuvent tirer profit de la recherche de poches sur des marchés où des valorisations raisonnables peuvent offrir une meilleure protection contre la volatilité.

Les actions européennes sont dans une position idéale. Les actions américaines dominent la performance des actions mondiales depuis des années, mais nous pensons que l'Europe prendra de l'avance en 2022. Dans la recherche de bonnes affaires à prix raisonnable et doté d'un fort potentiel de rendement, nous pensons que les actions européennes représenteront une solution en 2022. Les actions européennes offrent en effet des valorisations attrayantes par rapport à leurs homologues américains. La décote du P/E actuelle du MSCI Europe est inférieure aux moyennes sur 10 ans2, et les bénéfices par action (EPS) ainsi que les prix relatifs des actions européennes se comparent assez favorablement aux mêmes mesures pour les actions américaines3. De plus, les actions européennes affichent actuellement les attentes de bénéfices et de croissance les plus solides sur les marchés développés. Si nos attentes pour les actions américaines ont dépassé celles de l'Europe dans le passé, ces attentes étaient basées en partie sur les bénéfices anticipés4. La croissance des bénéfices en Europe devant désormais dépasser celle des États-Unis, nous pensons que les marchés boursiers sont sur le point de rattraper leur retard.

Illustration n°2. L'Europe affiche actuellement les potentiels de gains les plus élevés au sein des marchés développés

Earnings Growth Expectations, Rebased to 2017

Earnings Growth Expectations

Les valeurs cycliques bénéficieront des dépenses d'infrastructure matérielles. Une vague de dépenses d'infrastructures, illustrée par l'adoption récente d'une facture de 1 000 milliards de dollars aux États-Unis, profitera aux secteurs cycliques, notamment les entreprises industrielles, de matériaux, d'énergie et les financières. En effet, une part substantielle de notre confiance dans la solidité continue des bénéfices est basée sur notre attente que les actions cycliques bénéficieront de l'accent mis et renouvelé du gouvernement sur les infrastructures matérielles. Ces derniers mouvements s'appuient sur les tendances existantes et devraient profiter davantage aux actions cycliques ; les industriels ont enregistré les bénéfices les plus élevés au cours de la dernière période de résultats, tandis qu'une pentification progressive de la courbe des rendements a profité aux financières. A noter également qu'une tendance haussière des valeurs cycliques devrait profiter aux marchés actions européens, qui privilégient ce type de valeurs.

La prudence reste de mise sur les marchés émergents (ME). Si les bénéfices sont susceptibles d'être le principal moteur de la croissance des marchés boursiers au cours de l'année à venir, les marchés émergents resteront confrontés à des défis. Les entreprises n'ont pas encore pleinement profité de la reprise du commerce, alors que leurs efforts pour augmenter les taux de vaccination se poursuivent. Pour cette raison, nous prévoyons que la croissance sur les marchés émergents se concrétisera plus tard en 2022, à mesure que les taux de vaccination s'amélioreront. Nous nous attendons à ce que les marchés émergents offrent des opportunités substantielles à l'avenir, même si nous restons neutres pour l'instant sur les actions des marchés émergents.

Pour conclure

Alors que nous préparons ces perspectives du marché des actions, nous sommes parfaitement conscients des principaux points d'incertitude qui présentent des risques pour notre scénario de référence. Les marchés sont moins complaisants aujourd'hui qu'ils ne l'ont été récemment, mais ils restent fragiles et vulnérables aux chocs. Tout mouvement vers un resserrement de la politique monétaire en réponse à une inflation persistante et plus élevée pourrait menacer l'exubérance fragile du marché. Pour les investisseurs en actions, les secteurs des matières premières et les valeurs cycliques représentent la meilleure couverture contre l'inflation, tandis que la volatilité de fond plus élevée peut être atténuée par des stratégies de gestion de la volatilité et des actions défensives.

À la lumière de ces risques – et compte tenu de la dispersion croissante des performances par rapport aux mesures fondamentales, y compris les bénéfices, qui sont les plus susceptibles de générer des rendements – nous voyons une opportunité pour une gestion active au cours de l'année à venir.

De manière générale, nous surveillons de près le potentiel de rotation vers un régime d'inflation plus élevée alors que nous nous tournons vers 2022. Pour l'année prochaine, nous privilégions les segments du marché qui, selon nous, sont les plus susceptibles de se concrétiser en termes de bénéfices. : actions européennes, secteurs cycliques et valeurs de qualité.


More from the GMO