Perspectives du marché mondial

Il est temps de reconsidérer votre exposition à la Chine

La taille du marché et son potentiel de croissance nécessitent une approche chinoise dédiée.

Head of Macro Policy Research

En 2021, le ralentissement économique, la stratégie zéro COVID et les interventions réglementaires de la Chine ont fait la une des journaux. Du point de vue de l'investissement, nous pensons qu'il est important de regarder au-delà de ces gros titres les tendances sous-jacentes présentes en Chine. Notre examen de ces tendances nous amène à penser que les actifs chinois restent attractifs.

Dans le même temps, nous pensons que le marché chinois a évolué exigeant désormais une approche différenciée. Les investisseurs devraient envisager de positionner leur exposition à la Chine sur une base autonome, avec une préférence pour les stratégies actives et s’attendre à ce que la part de portefeuille de leur allocation à la Chine augmente.

Perspectives macroéconomiques

La justification macroéconomique de l'investissement en Chine reste intacte. Alors que la croissance du pays ralentit, son taux de croissance restera bien supérieur à celui des marchés développés et légèrement supérieur à celui des autres marchés émergents. Même si la croissance annuelle du PIB devait ralentir à un niveau persistant de 4 à 5 %, cela offrirait aux entreprises une grande marge de manœuvre pour accroître leurs bénéfices à un taux attractif. De plus, la taille de la Chine signifie que ses entreprises peuvent profiter d'un marché intérieur très vaste - l'économie nationale de la Chine étant plus grande que les économies de tous les autres pays émergents réunis.

En outre, certaines dynamiques concurrentielles sont en jeu en Chine. Le pays reste un grand créancier net et son système politique unique signifie qu'il a constitué une base de capital considérable sous la forme d'infrastructures matérielles et immatérielles. Cette base de capital devrait encore apporter des gains de productivité démesurés pour un pays avec ce niveau de revenu

Thèse d'investissement

Alors que certains de nos arguments macroéconomiques sont discutables, notre thèse d'investissement de base ne l'est pas. Le marché actions chinois apparaît structurellement sous-évalué. La capitalisation boursière de la Chine est bloquée à 82 % du PIB, bien en deçà de celle de n'importe quel marché développé.

L’illustration n°1 utilise le ratio de Buffett pour montrer la comparaison. Ce ratio relativement faible fournit un effet de levier à la Chine, car nous estimons que la capitalisation boursière par rapport au PIB devrait atteindre 100 % d'ici 2025, grâce à de nouvelles émissions d'actions et à la croissance du marché actuel. En outre, les marqueurs cycliques indiquent également des décotes excessives, le ratio cours/bénéfice actuel de la Chine tombant bien en dessous des moyennes sur 20 ans et des références des marchés mondiaux/développés.

Illustration n°1
Ratio Buffett (capitalisation boursière/PIB) de certains marchés boursiers

Buffett Ratio (Market Capitalization to GDP) of Select Equity Markets

Buffett ratio market CAP to GDP

Troisièmement, les actifs chinois conservent une très faible corrélation avec d'autres marchés et conservent d'excellentes qualités de diversification. La pandémie a illustré à quel point la Chine suit son propre cycle économique et ses propres priorités politiques. Une intégration limitée avec les marchés financiers mondiaux contribue également à réduire la corrélation avec d'autres marchés. Et tandis que la corrélation entre les actions de la Chine et d'autres marchés émergents s'est renforcée ces dernières années, elle reste toujours inférieure à celle de toute autre paire de corrélations comparable (sa corrélation avec les marchés développés est restée faible). Voir l’illustration n° 2.

Illustration n°2
Corrélations mensuelles des actions sur 10 ans pour certains marchés

10-Year Monthly Equity Correlations for Select Markets

10 years monthly equity correlations

Une telle diversification est particulièrement difficile à réaliser dans le paysage d'investissement actuel, et l’illustration n°3 montre que cet écart est encore plus prononcé pour les obligations chinoises. Présentant la plus faible corrélation parmi les principaux indices obligataires, les obligations chinoises n'évoluent clairement pas avec le cycle monétaire mondial.

Illustration n°3
Corrélations d'actifs à revenu fixe pour certains marchés

Basé sur des rendements non couverts en USD

Fixed Income Asset Correlations for Select Markets

Fixed income asset correlations

L’autre argument fort en faveur d’une allocation en obligations chinoises est que la Chine a maintenu une prime de rendement saine par rapport aux marchés développés. Compte tenu du rebond de la croissance mondiale, cette prime se réduit par rapport à ses récents sommets, mais elle devrait encore persister pendant de nombreuses années. La combinaison d'une prime de rendement et d'une volatilité modeste font des obligations du Trésor et des politiques chinoises, des actifs valorisés de manière aberrantes en termes de rapport risque/rendement parmi la plupart des indices obligataires (voir illustration n° 4). La question du risque de change demeure, mais là aussi, les objectifs politiques ont clairement cherché à maintenir la stabilité. Le taux de change effectif réel est resté dans une fourchette de 6 % pendant plus de cinq ans, la plus longue période depuis la libéralisation économique de la Chine. Les décideurs politiques chinois ont la capacité unique de garantir la stabilité des taux de change et ont annoncé leur intention de continuer à le faire.

Illustration n°4
Couple risque/rendement des principaux indices obligataires

Risk/Return of Major Bond Indices

Risk Returns of Major Bond Indices

Pour conclure

Compte tenu des caractéristiques idiosyncratiques de la Chine par rapport à d'autres marchés émergents, de l'évolution continue de son histoire de croissance et des risques uniques encourus, nous pensons que les investisseurs auraient tout intérêt à accorder une attention particulière et dédiée aux investissements en Chine. Cela peut inclure une allocation de portefeuille distincte sur la Chine, qui permettrait aux investisseurs d'adapter et d'ajuster leurs expositions à la Chine pour atteindre leurs objectifs particuliers de rendement et de risque au fil du temps. En séparant la Chine des marchés émergents, les investisseurs peuvent obtenir un rendement plus favorable à la détention du risque systémique, qui est bien sûr plus élevé dans une exposition uniquement à la Chine que dans une exposition plus diversifiée sur les marchés émergents.


More from the Global Market Outlook