Insights

Présidentielles américaines : les 5 secteurs à surveiller étroitement

Les marchés actions ont commencé valoriser une victoire de Joe Biden lors des présidentielles américaines qui se tiendront le 3 novembre prochain. Une telle issue du scrutin n’est toutefois pas du tout garantie, et les marchés pourraient connaître de nouvelles turbulences en cas de scission du Congrès.

Si ces événements auront nécessairement des implications pour l'ensemble du marché, certains secteurs pourraient être plus touchés que d'autres au regard du programme et des diverses mesures prônées par celui qui ressortira vainqueur des urnes.

  • L'issue des présidentielles américaines du 3 novembre prochain pourraient avoir un impact majeur sur les marchés actions.
  • Toutefois, certains secteurs pourraient être plus touchés que d'autres compte tenu des politiques très différenciées prônées par chacun des candidats en lice.
  • Grâce aux ETFs sectoriels, les investisseurs peuvent potentiellement bénéficier de la dispersion des performances qui pourrait survenir après l'élection.
Equity ETF Strategist

Choisir les ETFs sectoriels afin de saisir les opportunités créées par une dispersion des performances sur les marchés actions

L'investissement “sectoriel” a toujours été un moyen efficace d'exprimer les opinions du marché à l'approche des élections américaines (voir notre récent article à ce sujet), en tirant parti de la dispersion importante des performances. En effet, les ETFs sectoriels se sont révélés être un outil largement plébiscité lors de la dernière campagne électorale, et nous nous attendons à ce qu'ils suscitent un vif intérêt cette fois-ci également.

Voici les cinq secteurs qui, selon nous, pourraient être les plus impactés par les élections à venir outre-Atlantique et qui présentent donc un potentiel de hausse ou un risque de baisse parmi les plus importants du marché.

1 - Les soins de santé : un secteur “protégé” sur fond de pandémie

Les scénarios pour le secteur de la santé aux États-Unis restent complexes mais ne sont pas assez négatifs pour justifier le sous-investissement des investisseurs institutionnels sur ce secteur, ni la faiblesse des notations de ses valeurs.
Avec un Congrès divisé, les politiques prônées par Joe Biden en matière de santé (pas aussi « agressives » que celles prônées par d’autres personnalités du camp démocrate) pourraient ne pas avoir d’impact notable sur le secteur. Malgré l’existence de l'Affordable Care Act, 20 % de la population américaine n'est toujours pas assurée. Les propositions de Biden en matière d'assurance santé pourraient permettre aux Américains de souscrire une assurance maladie (très probablement par le biais du Medicare) auprès du gouvernement, mais en passant par les assureurs privés de soins de santé. Cela pourrait avoir un effet bénéfique pour le secteur. Mais dans le scénario d’une large victoire démocrate, l'option « d’assurance publique » pourrait être encore élargie et l’on pourrait assister à des tentatives de réglementation sur les prix des médicaments, ce qui pourrait venir déstabiliser le marché.

En revanche, si Donald Trump conserve la présidence, il pourrait demander de nouvelles abrogations de certaines parties, voire de la totalité, de l’Affordable Care Act.

En résumé, le maintien du certain statu quo peut être considéré comme bénéfique pour le secteur des Soins de santé, si les changements de politiques sur le secteur ne sont pas trop drastiques.

Toutefois, il incombera à l’un, comme à l’autre des candidats en lice, de gérer le pays sur fond de pandémie en ayant nécessairement recours aux soins de santé et aux divers médicaments et services qu’il fournit.
De plus, l'activité économique ne pouvant fonctionner « à plein » qu’une fois un vaccin anti-Covid trouvé, cela suggère que le secteur des Soins de santé a encore de beaux jours devant lui, peu importe l’issue des urnes le 3 novembre prochain.

2 - Utilities : le défi des politiques “vertes”

Dans son programme, Joe Biden s’engage à lancer une “green policy” d’envergure avec plus de 2 000 milliards de dollars de dépenses publiques afin d’atteindre la neutralité carbone dans la production d’électricité américaine d'ici 2035. Son plan "Build Back Better" se concentrera sur l'investissement dans des infrastructures modernes et durables afin d'encourager la production d’énergies “propres”. Les entreprises positionnées sur les énergies renouvelables pourraient en bénéficier, donnant ainsi un grand coup de pouce aux Utilities si elles adoptent une production d'électricité plus propre comme l'ont fait leurs homologues européens.

Entre autres atouts, le secteur des Utilities devrait également bénéficier de sa faible corrélation et de son faible bêta vis-à-vis des marchés actions, ainsi que de ses caractéristiques intrinsèques de faible volatilité : autant de facteurs qui pourraient venir soutenir le secteur en cas de réaction négative du marché face à un résultat électoral contesté.

3 - L'énergie : un secteur sous pression avec des risques de recul des valeurs

Très malmené, le secteur de l'énergie pourrait subir un regain de pression fiscale si Joe Biden est élu. En effet, le nouveau plan Biden pour l'énergie propre prévoit des limites strictes en matière d’émissions de CO2pour les activités pétrolières et gazières et une restriction de la production de ces énergies “non propres” sur les terres fédérales. Un raz-de-marée démocrate (Présidence et Congrès) permettrait d'affermir encore la marge de manoeuvre des législateurs favorables à des taxes supplémentaires sur le carbone.

Ces perspectives plutôt négatives pour le secteur de l'énergie sont renforcées par les précédents “faits d’arme” du vice-président potentiel Kamala Harris en matière de justice environnementale, et pourraient se concrétiser par une “re-signature” de l'Accord de Paris sur le changement climatique. Cela interviendrait alors que la faiblesse du prix du pétrole n'offre aucun soulagement sur les résultatset flux de trésorerie, et viendrait exercer une pression supplémentaire sur les dividendes et les rendements autrefois si attractifs du secteur.

A contrario, une nouvelle administration Trump pourrait avoir du mal à assouplir davantage les réglementations environnementales au-delà des mesures déjà prises ces quatre dernières années. Et sans le contrôle de la Chambre des représentants, les restrictions environnementales de l'État pourraient devenir plus strictes.

4 - Les valeurs financières : l’évolution des taux,un facteur plus important que toute modification réglementaire à venir

Les banques étaient déjà dans le collimateur des candidats lors des présidentielles en 2016 avant de bénéficier largement de la déréglementation et des mesures prises par la Réserve fédérale au début de la présidence de Trump.

Cette fois, les attentes sont modérées et il se pourrait que toute modification des taux d'intérêt ou de la courbe de rendement des bons au Trésor soit beaucoup plus impactante pour la rentabilité des valeurs financières que les potentiels changements législatifs impulsés par le grand gagnant des présidentielles.

Nous nous attendons à ce que la supervision réglementaire du secteur s'intensifie sous une administration démocrate, avec un retour sur les réformes imposées par Trump et un soutien plus favorable au consommateur qu'aux entreprises. La mesure la plus ambitieuse serait de remettre en place la loi Glass-Steagall : cela prendrait toutefois du temps et nécessiterait une majorité démocrate notable à la Chambre. Quoi qu'il en soit, le maintien d’un statu quo serait la situation qui conviendrait probablement le mieux à ce secteur.

5 - La consommation discrétionnaire : des perspectives mitigées

L'impact probable des présidentielles est mitigé pour les entreprises de consommation discrétionnaire. Toute mesure en faveur des consommateurs dans le cadre d’une élection de Joe Biden pourrait stimuler les dépenses de consommation, aidant ainsi les retailers et les restaurants. Cependant, les industries de loisirs et du divertissement qui dépendent de la main-d'œuvre pourraient être impactées par une augmentation du salaire minimum.

Amazon*, qui domine le secteur en termes de poids et de performance, pourrait également être sous le coup d'une légalisation antitrust visant à limiter les comportements monopolistiques sous une mandature Biden.

Si Donald Trump était réélu et réduisait les taux d'imposition des ménages, cela pourrait également stimuler les dépenses de consommation.

Néanmoins, quel que soit le scénario, la toile de fond est invariable à date : celle d’une poussée du chômage liée à la pandémie de Covid-19 et ses conséquences.

Concluons ce papier par quelques considérations politiques et un résumé des différentes configurations post-électorales avec le détail de leurs impacts potentiels sur l'ensemble des secteurs.

L’impact des politiques sur les performances sectorielles

Les performances sectorielles relatives en période électorale ne correspondent pas parfaitement aux thèmes cyclique/défensif ou croissance/valeur classiques des marchés Actions. D'autres facteurs tendent à fournir des soutiens ou inversement constituent des contraintes pour la classe d’actifs. Prenons l'expérience de l'immédiat après-2016, lorsque les attentes autour d'un allègement de la réglementation ont contribué à nourrir les performances des valeurs financières et de l'énergie. Mais puisqu’une réduction de la pression fiscale était attendue, d’autres valeurs ont clairement tiré leur épingle du jeu parmi d’autres secteurs où les taux d'imposition sur les sociétés étaient élevés.

Le thème de la fiscalité sera de nouveau sur le devant de la scène en 2020. Les politiques proposées par Joe Biden nécessitant d’importants investissements et donc d’importantes recettes préalables, ce dernier se propose de faire passer le taux d'imposition des sociétés de 21 % à 28 %, tandis que Donald Trump espère encore pouvoir réduire les impôts. L'augmentation des impôts imposée par une Chambre et une présidence démocrates pourrait freiner la croissance des bénéfices et réduire les flux de trésorerie sur les marchés actions, mais avec un impact plus ou moins négatif en fonction de l’évolution concommittante des taux d'imposition des entreprises.

La localisation des principales bases de clientèle d'un secteur sera également un facteur clé de la performance du secteur (les marchés internationaux étant naturellement plus sensibles aux événements susceptibles d’impacter les relations commerciales et/ou à tout mouvement sur le dollar). Les entreprises de moindre intensité capitalistique seront également plus exposées à toute évolution sur le salaire minimum, du fait de leur recours important à la main d’oeuvre dans leur processus de production.

Enfin, pour être parfaitement complets dans notre tour d’horizon, il ne faut pas oublier de nous intéresser aux valeurs potentiellement bénéficiaires des dépenses d'infrastructures et des nouvelles politiques “vertes”.

Le tableau ci-dessus résume l'impact, pour chaque secteur, de 4 scénarios électoraux potentiels, en attribuant un code couleur nettement positif (vert foncé) ou négatif (rouge) ou mixte (vert/rouge) ou à impact limité (vert clair) par secteur. Dans le cas d'une élection contestée, les marchés actions s'affaibliraient sans aucun doute. En prévision d'un tel scénario, les investisseurs pourraient se positionner de manière défensive dans les secteurs de faible volatilité comme les Utilities et faire preuve de prudence dans les secteurs plus étroitement liés au sentiment des consommateurs ou des entreprises.

Résultats potentiels des élections et leurs impacts sur les différents secteurs

Potential Election Outcomes and Their Impact Across Sectors

Source: State Street Global Advisors, au 1er octobre 2020. ** Les 5 secteurs présentés dans cette note.

How to play these themes:

SPDR offers a range of ETFs that allow investors to access sectors. To learn more about these ETFs, and to view full performance histories, please follow the links below: 

SPDR S&P U.S. Health Care Select Sector UCITS ETF

SPDR S&P U.S. Utilities Select Sector UCITS ETF

SPDR S&P U.S. Energy Select Sector UCITS ETF

SPDR S&P U.S. Financials Select Sector UCITS ETF

SPDR S&P U.S. Consumer Discretionary Select Sector UCITS ETF

Share

Flux


Flux des ETP domiciliés en Europe (Premiers/Derniers 5, $millions)

Flux des ETP domiciliés en Europe par classe d’actif ($millions)

Sources : Bloomberg Finance L.P., pour la période du 1 au 8 octobre 2020. Les flux sont arrêtés à la date indiquée et sont susceptibles d’évoluer par la suite.

* Ces informations ne doivent pas être considérées comme une recommandation d'investir dans un secteur particulier, ou un titre de ce secteur, comme indiqué ci-dessus.